Les formations d'enseignant

Quelles formations pour quel enseignement ?

Instituteur préscolaire ou primaire

Pour devenir instituteur de l’enseignement maternel, vous devez réussir des études de niveau supérieur de type court (180 crédits) en Haute Ecole.

https://www.mesetudes.be - préscolaire

Pour devenir instituteur de l’enseignement primaire, vous devez réussir des études de niveau supérieur de type court (180 crédits) en Haute Ecole.

https://www.mesetudes.be - primaire

Professeur dans l’enseignement secondaire inférieur

Pour devenir professeur de l’enseignement secondaire inférieur, vous devez réussir des études de niveau supérieur de type court (180 crédits) menant au grade de bachelier : agrégé de l’enseignement secondaire inférieur.

Professeur dans l’enseignement secondaire supérieur

Pour devenir professeur dans l’enseignement secondaire supérieur, vous devez réussir des études de type long d’enseignement supérieur : master à finalité didactique ou agrégation de l’enseignement secondaire supérieur après avoir suivi avec fruit un master à l’Université, en Ecole supérieure des Arts ou en Haute Ecole (domaine des sciences économiques et de gestion).

https://www.mesetudes.bev - secondaire supérieur

Professeur de cours techniques et de pratique professionnelle dans l’enseignement secondaire

Pour obtenir le titre de professeur de l’enseignement secondaire vous permettant de donner des cours techniques et de pratique professionnelle, vous devez réussir des études :

de niveau supérieur de type court (Haute Ecole)

bachelier : agrégé de l’enseignement secondaire inférieur, orientation économie familiale et sociale

bachelier : agrégé de l’enseignement secondaire inférieur, orientation bois-construction

bachelier : agrégé de l’enseignement secondaire inférieur, orientation électromécanique

de niveau supérieur au sein de l’enseignement de promotion sociale ou via le jury de l’enseignement de la communauté française : le _blank (CAP)

Consultez la page Annuaire des établissements d'enseignement de promotion sociale pour connaître les établissements organisant le CAP. 

Professeur de cours généraux dans l’enseignement supérieur de promotion sociale ou en Haute Ecole 

La réglementation qui régit les titres, fonctions et statuts dans les Hautes Écoles et les établissements d’enseignement supérieur de promotion sociale n’impose pas aux enseignants de détenir un titre pédagogique lors de leur recrutement. Ce titre pédagogique - le Certificat d’Aptitude Pédagogique Approprié à l’Enseignement Supérieur (CAPAES) - doit être acquis dans un délai de 6 ans, à dater de la première désignation dans un emploi vacant afin de poursuivre la carrière engagée et prétendre à un engagement définitif.

Titres jugés suffisants

Dans certaines situations, une personne ne disposant pas du titre requis peut être amenée à enseigner si elle est porteuse d’un titre jugé suffisant : consultez la section "Titres requis ou jugés suffisants".

Sources - Références  : Enseignement.be - La formation initiale des enseignants: les études pour devenir enseignant 

 

Quels changements attendent les enseignants candidats

 

1 Quatre sections mais un seul métier

Pour l’heure, l’instituteur maternel enseigne en maternelle, l’instituteur primaire en primaire, le régent dans le secondaire inférieur et le titulaire d’un master universitaire dans le secondaire supérieur. Demain, on va relever le niveau général et instituer un « master en enseignement » développant des compétences et des contenus communs, quel que soit l’âge des enfants concernés et permettant de passer outre les cloisonnements actuels. En pratique toutefois, au-delà d’une solide assise commune, le décret reconnaît deux spécificités du métier : il adapte la formation au niveau d’enseignement et tient compte des disciplines à enseigner. En clair, l’instituteur partagera une même base avec les professeurs du secondaire (formation didactique, pédagogique, recherche en éducation…) mais aura une formation multidisciplinaire par rapport aux professeurs du secondaire davantage spécialisés dans une discipline (les mathématiques, les sciences…).

 

2 On élargit la classe d’âge

Avec une formation traduisant mieux l’exercice d’un seul et même métier, on peut se permettre d’élargir et de recouvrir les classes d’âge auxquelles pourront s’adresser les futurs enseignants. Le décret crée en réalité quatre sections. La première couvre l’enseignement maternel jusqu’à la deuxième primaire (on décloisonne donc maternel et primaire). La section 2 s’étend de la troisième maternelle à la sixième primaire (voire jusqu’à la deuxième secondaire si le nouvel enseignant a pris la peine de faire une année de spécialisation dans une discipline). Les diplômés de la section 3 enseigneront depuis la cinquième primaire jusqu’à la troisième secondaire (voire jusqu’à la quatrième en cas de master de spécialisation). Enfin, les enseignants de la section 4 travailleront avec les élèves de la troisième à la sixième secondaire.

Comme par le passé, on conserve la spécialisation croissante des formations : les sections 1 et 2 préparent à enseigner toutes les disciplines, la section 3 permet d’enseigner une famille de disciplines (par exemple « français et langues anciennes », « mathématiques et technologies », « éducation physique et éducation à la santé »…). Enfin, la section 4 prépare, dans la majorité des cas, à enseigner une seule discipline dans laquelle le futur enseignant a acquis des connaissances pointues.

 

3 La formation en pratique

Pour les sections 1, 2 et 3, le décret prévoit une formation en quatre ans/240 crédits (trois années de bac et une année de master). Elle débouche sur un master en enseignement et donne accès à une cinquième année facultative (60 crédits) de spécialisation centrée soit sur une discipline particulière, soit sur un approfondissement pédagogique, soit sur la possibilité d’enseigner en immersion linguistique. L’accès à la section 4 est possible, soit via un master en enseignement de 5 années/300 crédits (l’actuel master à finalité didactique ciblant une discipline particulière), soit via un master en agrégation de l’enseignement secondaire supérieur (l’actuelle agrégation qui complète un master classique et qui passera de 30 à 60 crédits).

 

4 Les instits à l’université

Reste à implémenter le tout dans le paysage de hautes écoles et universités francophones. Sur ce point, la formation initiale va vivre une petite révolution : la formation exclusive en haute école pour les instituteurs et régents est terminée. Tout comme d’ailleurs la formation exclusive à l’université pour les professeurs du secondaire supérieur. Dorénavant tout ce petit monde va devoir se parler et organiser en commun tous les cursus. Avec toutefois une nuance de taille en fonction du type d’étude. Ainsi, les bacs (deux premières années) des sections 1, 2 et 3 seront prioritairement organisés en hautes écoles ou écoles supérieures des arts (150 crédits chez elles et 30 à l’université). Le master de ces sections se partagera 50/50 entre les hautes écoles et les universités. Même chose pour les masters de spécialisation. La logique s’inverse pour la section 4 : les universités resteront référentes et prendront à leur charge l’essentiel de la formation mais les hautes écoles apporteront leur expertise pédagogique par exemple.

Techniquement on parlera de codiplomation : tous les diplômes de master en enseignement porteront un double cachet : université et haute école (ou école supérieure des arts). On se souvient que les accords de collaborations entre université et hautes écoles ont fait l’objet d’incessants palabres sur fond de logiques philosophiques. Au bout de compte, le gouvernement a tranché : tout le monde pourra codiplômer avec tout le monde. Pour autant – l’Ares et le gouvernement y veilleront avant de donner leur blanc-seing - que tout cela reste marqué du sceau du bon sens.

La première rentrée dans ce nouveau régime est programmée pour septembre 2020.

Sources - références :Formation des enseignants: des études de minimum 4 ans et passage à l'université pour tous - Le Soir Plus

En résumé

Quatre types d'institutions organisent la formation initiale des enseignants :

Les Hautes Écoles
Bachelier : instituteur-trice préscolaire, primaire
Bachelier : agrégé de l’enseignement secondaire inférieur
Master à finalité didactique / Agrégation de l'enseignement secondaire supérieur (AESS)
Certificat d'aptitude pédagogique approprié à l'enseignement supérieur (CAPAES)

Les Universités
Master à finalité didactique / Agrégation de l'enseignement secondaire supérieur (AESS)
Certificat d'aptitude pédagogique approprié à l'enseignement supérieur (CAPAES)

Les Écoles Supérieures des Arts
Master à finalité didactique / Agrégation de l'enseignement secondaire supérieur (AESS)

Les Établissements de Promotion sociale
Certificat d'aptitudes pédagogiques (CAP)
Certificat d'aptitude pédagogique approprié à l'enseignement supérieur (CAPAES)

Cadre légal

Décret du 12 décembre 2000 définissant la formation initiale des instituteurs et régents

Décret du 8 février 2001 définissant la formation initiale des agrégés de l’enseignement secondaire supérieur

Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l'enseignement supérieur et l'organisation académique des études

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 17 mai 2001 relatif à l’établissement d’accords de collaboration explicites entre les hautes écoles et d’autres institutions prévus dans le décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 7 juin 2001 fixant les grilles de référence de la formation disciplinaire et interdisciplinaire prévues dans le décret du 12 décembre 2000 définissant la formation initiale des instituteurs et des régents

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 17 septembre 2003 organisant l'agrégation de l'enseignement secondaire supérieur dans les Ecoles supérieures des Arts, organisées ou subventionnées par la Communauté française

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 15 juin 2007 fixant la correspondance de grades académiques de master à finalité didactique avec les grades académiques visés dans les dispositions en matière de titres requis dans l’enseignement

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 05/12/2020